Variations de la température moyenne de la Terre au cours des millénaires

La caractéristique majeure du climat moyen est qu'il a fluctué trés fortement depuis que la terre existe, la température moyenne du globe en est la manifestation la plus évidente.

On distingue évidemment des variations des climats régionaux ( régions, continents , hémisphères, etc. ), il est beaucoup plus difficile de définir un climat global de la terre qui serait une somme de ces climats régionaux. Les climatologues se refusent à faire cette somme mathématique impossible bien qu'ils admettent l'évidence de phases alternatives de réchauffement et de refroidissement planétaire. Devant cette difficulté, chiffer correctement la valeur d'un réchauffement global moyen ou même d'un refroidissement global moyen, reste un exercice périlleux.

Soyons aussi plus précis : Il ne faut pas confondre météo et climatologie:

La météo prévoit et nous pouvons ensuite constater des variations importantes du temps à courte échéance ( quelques jours, quelques semaines ) dans une région donnée. Il est évident que la météo régionale varie considérablement entre des régions situées sous les tropiques et celles sous les cercles polaires.

La climatologie étudie les variations des climats régionaux en relevant des moyennes de paramètres  régionnaux ( températures moyennes, précipitations moyennes, ensoleillement, etc...) sur des dizaines d'années, voire des siècles.

Beaucoup de climatologues affirment que calculer une moyenne globale des températures locales de la Terre à partir des moyennes régionnales n'a pas de signification scientifique. En effet que signifie une moyenne climatique entre, par exemple,  le Sahel et le Groenland ???

Variations de température:

1. Il faut se rappeler que la teneur en CO2 de l'atmosphère ainsi que la  moyenne des températures du globe ont toujours varié, ce qui est epar exemple  illustré par des analyses portant sur les quelques dernières centaines de milliers d'années. (voir oscillations ci-dessous )

Variations de la température moyenne et du CO2 à VOSTOK depuis 400 000ans

 

         2. Les époques plus récentes ont connu des variations climatiques régionales notoires ( voir graphiques ci-dessous pour l'Europe et ensuite Groenland ).

Représentation schématique des variations des températures moyennes en Europe depuis 11 000 ans

  3. On voit que notre époque se situe en phase avancée d'un réchauffement climatique, comme il y en a eu d'autres depuis la dernière période glaciaire du Würm. 

 

Les changement climatiques récents: 

Le changement climatique est permanent sur la planète Terre qui n'a jamais été en équilibre, le climat a toujours varié!

Rappelons nous que par exemple:

Au 13 ème siècle le Groenland permettait a une colonie de Vikings de vivre de culture et d'élevage, aujourd'hui c'est impossible car il est essentiellement couvert de glaces. ( La vigne était cultivée à Amiens et en Angleterre, à la même époque.)

Le Groenland = "pays vert" ?

Les données scientifiques fournies par le National Climatic Data Center-noaa, résultant des différents sondages GISP de la glace au sommet du Groenland, décrivent les variations de la température moyenne au centre du Groenland par la mesure de la variation de concentration d'un isotope de l'oxygène. La reconstitution donnée sur la figure ci-dessous montre les variations de température au Groenland durant les 4000 dernières années.

Variations de la température moyenne au Groenland depuis 4000 ans ( échelle de temps inversée )

source: ncdc.noaa

Le "petit âge glaciaire" des 16 et 17 ème siècle ainsi que l'optimum climatique de l'an mille ( Vikings au Groenland ) sont ici bien visibles ainsi que d'autres optima encore plus chauds.

Cette courbe montre surtout que la température moyenne actuelle au centre du Groenland est particulièrement froide! La température moyenne a été  dans les 4000 dernières années, en général, plus élevée qu'aujourd'hui et jusqu'à environ 3°C !

On constate aussi les valeurs importantes des vitesses de variation de la température moyenne qui impactent le climat du Groenland mais aussi certainement le climat de l'hémisphère nord.

Ces vitesses de variation ancestrales sont pour la plupart SUPERIEURE à celle observées au 20 ème siècle, qui est d'environ 0,7°C par siècle.

Pourquoi les causes ancestrales de ces variations naturelles de la température ne seraient elles plus actives aujourd'hui ?

Vitesses de variation de la température moyenne au Groenland depuis 4000 ans, en degrès par siècle.

Donc tout cela sans aucune action de l'homme.

 

Le réchaufement du 20ème siècle de 0,7°C...seulement, semble poser problème à certains ?

Compariason des niveaux des températures moyennes actuelles ( en bleu ) par rapport aux températures moyennes des 4000 dernières années.

 

Les reconstitutions des températures moyennes annuelles étendues dans le passé jusqu'au delà de 15 000 ans, montrent que :

  1. Le climat a été, bien entendu, beaucoup plus froid qu'aujourd'hui notamment pendant la dernière période glaciaire, il y a 10 000ans.
  2. Cependant depuis plus de 3000 ans la température moyenne a été sensiblement  supérieure à celle de notre époque! ( voir graphique ci-dessus )
  3. Des fluctuations naturelles de température se produisent sans cesse.
  4. La période actuelle est donc comparativement une période plutôt froide. ( voir graphique ci-dessus. Source : GISP2 Temperature )

Variations de la température moyenne sur Terre depuis la dernière période glaciaire.

"Les changements climatiques planétaires ont été beaucoup plus intenses (de 12 à 20 fois plus intenses dans certains cas) que le réchauffement planétaire du siècle dernier. Ils se sont produit rapidement en l'espace de 20 à 100 ans. Le réchauffement planétaire du siècle précédent (0,8° C), est pratiquement insignifiant comparativement à l'ampleur, 10 fois supérieure, des changements climatiques planétaires des derniers 15 000 ans."
Déclare le Professeur Don J. Easterbrook du Département de géologie, Université Western Washington

 

Les écarts de température en France par rapport à la moyenne actuelle ( source : Observatoire des Saisons )  sont déduits de la date des vendanges en Bourgogne (ci-dessous) . La reconstitution commence au 14ème siècle. La courbe bleue des températures montre à l'évidence des fluctuations de tempéature moyenne plus chaudes et plus  froides. Il a fait plus chaud qu'aujourd'hui en Bourgogne vers 1420 et vers 1670.

Commentaire : Les températures moyennes régionnales fluctuent bien naturellement. L'année 2003 a été une année chaude exceptionnelle ...comme il s'en est produit bien d'autres dans le passé.

Variation de la température moyenne en France déduite de l'époque des vendanges.

 

Les glaciers Alpins: Au début du 18 ème siècle étaient arrivés si bas qu'ils ravageaient les vallées alpines ( Chamonix par exemple).

Ils étaient donc plus haut avant ( notamment lors de l'optimum médiéval des 11ème au 14ème siècle) !

En en 1866 le glacier des Bossons ( voir photo ci-dessous à droite ) était déjà bien remonté dans sa vallée, sans l'aide du réchauffement anthropogénique.

Le glacier des Bossons en 1866 en cours de décrue,

après le petit âge glaciaire.

 

 


Glacier d'Argentière début du 18ème siècle, fin du petit âge glaciaire.

 

Les galciers au 12 au 15ème siècle étaient trés hauts dans leur vallées en raison de l'optimum médiéval.

Aux 16 ème et 17 ème siècles, en raison du petit âge glaciaire ils sont redescendus jusqu'à menacer les villages de fond de vallées.

La fin du petit âge glaciaire a engagé leur remontée, remontée dans laquelle ils sont toujours aujourd'hui. 

Les courbes ci-après illustrent cette remontée au 19ème et 20ème siècle. Il faut remarquer que dans la 2ème partie du 20ème siècle des phases notoirres, de plusieurs dizaines d'années, ont correspondu à l'accroissement de la longueur des glaciers.

Par exemple : Le glacier des Bosons avait retrouvé en 1980 la taille qu'il avait en 1940 !

Si le CO2 avait un quelconque pouvoir, on peut penser qu'il n'aurait pas permis cela !

Remontée par à coups des glaciers alpins après le petit age glaciaire

 

 

 

Quand aux glaciers de l'Himmalaya voici ce qu'il faut aujourd'hui en penser ! Mea culpae du GIEC

Aujourd'hui les Chamoniards disent : " De ne pas s'affoler, et ne pas oublier qu'à la fin du moyen-âge, les glaciers s'étaient retirés très haut dans leurs bassins, au point que l'on pouvait depuis le Montenvers faire remonter les vaches, et les passer en Italie par le col du Géant !"

Il y a 7000 ans alors que les pluies verdissent le Sahara et remplissent de nombreux lacs dont la mer paléotchadienne d'une longueur de 1000km , d'une profondeur de 160 mètres et d'une superficie de 330000Km2 ( soit 60% du territoire français ) - Source JL Schneider- .Les occupants étaient largement en avance sur le reste du monde dans les domaines de l'élevage de l'agriculture et artistique.

   

Le désert du Sahara correspondait à deux petites zones arrides il y a  7000 ans

     

Valeurs du réchauffement climatique, à venir, selon le GIEC :

Le graphique  du GIEC, ci-dessous, montre que selon les calculs par modélisations numériques et les divers scénari, la température variera  au 21 ème siècle « vraisemblablement » de +1 à +6° C!

Les courbes de réchauffement climatique fabriquées par le GIEC à l'aide d'ordinateurs.

 Commentaires:

La modélisation numérique ne traite que ce que le modélisateur a compris et réussi à organiser en algorithme de calcul.

La profonde difficulté du traitement numérique du problème climatique provient :

1. De l'extrême complexité des innombrables phénomènes physiques et chimiques impliqués dans l'établissement des climats régionnaux et leurs interactions globale qui reste aujourd'hui bien mal connues.

2. Des risques de se tromper de théorie et de mal organiser et pondérer les variables dans les modèles mathématiques.

3. De la notoire méconnaissance scientifique - jusqu'aujourd'hui-  de ces phénomènes et de leur interactions.

Prévoir la météo d'un pays à un mois est déja aléatoire, à plus forte raison le climat du globe dans un siècle!

Les conclusions des modèles numériques ne peuvent donc apporter aucune certitude ( surtout pas 90% de certitude comme le déclare "froidement" le GIEC ) car il faudrait au moins que les hypothéses théoriques qui soutendent leur structures ne soient pas fausses ou très approximatives...ce qui n'est pas du tout démontré.

Résultat : Les courbes du GIEC ci-dessus ont "ouvert le parapluie" pour que, quel que soit la température moyenne à l'avenir , il aura « vraisemblablement » raison ! ....sauf si le climat refroidit ( comme l'océan actuellement ...voir ci-après)

 

Evolution actuellement constatée de la température de la basse atmosphère et des océans:

Aujourd'hui que constate t-on?:

1. Depuis 1860 la moyenne globale des températures de la basse atmosphère s'est élevée de 0,8°C.

2. Qu'une une baisse des températures de 0,4°C est cependant notée pendant 30 ans entre 1880 et 1910.

3. Q'un palier est noté pendant  25 ans entre 1950 et 1975

Evolution de la moyenne des températures depuis 150 ans par palier successifs => environ +0,8°C.

                                                      Source New Scientits: http://www.newscientist.com/data/images/ns/cms/dn11639/dn11639-2_808.jpg

 

4. Que la moyenne des températures de la basse atmosphère depuis 2003, marque un palier, si ce n'est une baisse.( voir graphique ci-dessous)

Depuis 2003 la Terre ne chauffe plus.

 

5. Que la chaleur contenue dans les océans tend à baisser depuis 2003 ! ( voir figure ci-dessous)

Depuis 2003 les températures moyennes des mers régressent.

 

Quelle est la relation entre la moyenne des températures et l'élévation du CO2 atmosphèrique?

Le graphique ( source: GISP) démontre que la température moyenne à réussi baisser de 1,5°C au cours des derniers 1000 ans....alors que la teneur en CO2 atmosphérique restait CONSTANTE !!!

Que doit ton conclure...logiquement ?

Il n'y a pas de corelation évidente entre température et CO2 pendant les 1000 dernieres annèes !

Voici la tendance de la moyenne des températures atmosphériques de la basse atmosphère entre les latitudes 70S et 82.5N, pour les 10 dernières années, à partir des données satellites RSS .

Tendance de la moyenne des températures depuis 10ans dans l'émisphère Nord.

Commentaire:

On constate donc une stagnation si ce n'est une baisse depuis 10 ans de la température des océans comme de l'atmosphère de la planète...alors que la teneur en CO2 de l'atmosphère ne cesse de croitre !

Conclusion :

La moyenne des températures de la basse atmosphère varie, certe et depuis fort longtemps, mais SANS correlation détectable avec la variation  de la teneur en CO2 de l'atmosphère.

 


SUITE :  Elévation du niveau des mers

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×